Nara Yilmaz et son conjoint, Altug, vivent dans des pays indépendants, mais pas par choix: en dessous des règles de migration actuelles des membres de la famille britannique, les revenus de Yilmaz sont tout simplement trop bas pour recruter son mari ou sa femme pour obtenir un visa. Altug continue de faire partie de sa volaille locale, empêchée de rejoindre de façon permanente son conjoint et son enfant de sept ans, Ela. Résidente anglaise vivant à Plymouth, le discours de Yilmaz vacille d’émotion lorsqu’elle décrit comment Ela a réagi face à la séparation indéfinie. « Elle a été cliniquement déterminée à avoir un mutisme sélectif, ce qui signifie qu’elle ne parle que dans certaines circonstances », déclare Yilmaz. Son enfant indique d’autres signes d’anxiété de séparation extrême: «Quand j’ai dû rester le matin pour un emploi temporaire, elle est restée sur le pas de la porte et a crié:« Maman, assurez-vous de ne pas partir! »» Un grand nombre de Au Royaume-Uni, les familles sont aux prises avec des conditions similaires, poursuivant l’adoption en 2012 du règlement sur la migration qui fixe des spécifications de revenu rigides pour tous ceux qui espèrent recruter un mari ou une femme ou une personne à charge qui ne résulte pas d’un État membre de l’Union européenne. Alors que la Grande-Bretagne est prête à quitter l’UE en 2019, ces restrictions rigides pourraient bientôt s’appliquer à des millions de familles beaucoup plus – aggravant un profond sentiment d’anxiété et d’anxiété entre les citoyens de l’UE qui ont payé ici pour leurs proches à long terme. Le gouvernement fédéral conservateur s’est engagé à mettre fin à la libre circulation des hommes et des femmes de l’Union européenne après le Brexit, ainsi qu’à déployer les règles d’immigration à l’heure actuelle uniquement applicables aux citoyens non européens dans tous les domaines. Ce type de transformation restreindrait fortement le meilleur des Européens qui ne résident même pas en Grande-Bretagne pour s’inscrire ici avec des membres de leur famille. Le test décisif des revenus met à l’épreuve les règles d’immigration des membres de la famille britannique. Transmis dans le jugement du Parti conservateur sur la politique visant à freiner fortement la migration, le règlement exige actuellement qu’un résident anglais ou citoyen européen gagne au moins 18 600 £ par an (environ 24 400 $) pour essayer d’obtenir un permis de résidence pour époux. Cette limite est d’environ 25% supérieure au salaire minimum annuel pour un personnel anglais à plein temps. Les experts déclarent qu’en plus d’infliger des difficultés inutiles et une anxiété émotionnelle aux enfants et aux familles, la politique est ouvertement classiste. «Le système est conçu pour dissuader les personnes qui ont un revenu inférieur de postuler», explique Chai Patel, directeur légitime et politique du Conseil des articulations pour votre bien-être des immigrants (JCWI). Il dit que cela a un effet disproportionné sur les femmes et les minorités, «qui ont tendance à faire des salaires inférieurs». Yilmaz fait partie de ces Britanniques qui n’ont pas été en mesure de trouver un emploi qui paiera suffisamment. Ancienne formatrice en technologies alimentaires, elle affirme que les coupures dans le secteur scolaire rendent encore plus difficile la découverte d’un travail qui correspond au seuil de revenu. Alors que la couverture a fait l’objet de critiques désagréables, un porte-parole de la Grande-Bretagne Office At Home affirme que les règles sont légales et essentielles. «Cela aide à prévenir les problèmes chez les contribuables lorsque des êtres chers migrants se sont installés au Royaume-Uni et bénéficient ainsi d’une méthode de bien-être entièrement accessible.» Le porte-parole souligne un choix de la Cour suprême de février qui a principalement confirmé le plan juste après que de nombreux ménages l’ont poussé. Bourbier article-Brexit Alors que des milliers de Britanniques gèrent les réalités des plans de migration des membres de la famille au Royaume-Uni, les résidents occidentaux répertoriés ici sont de plus en plus nerveux que le Brexit puisse éventuellement éroder leurs propres droits dans cette industrie. Étant donné que la Grande-Bretagne a voté de justesse pour sortir de l’UE dans le cadre d’un référendum l’année dernière, quelques millions de ressortissants occidentaux ainsi que leurs droits légaux sur le Brexit sont en train de faire l’objet de discussions prolongées à Bruxelles. Ces négociations sont au point mort.