L’anarchisme est vraiment un groupe de doctrines et de comportements centrés sur la croyance que le gouvernement est à la fois dangereux et inutile. L’anarchiste croyait avoir été créé en Occident et répandu dans le monde entier, principalement au début du 20e siècle. Dérivé de la racine du grec ancien anarchos qui signifie « sans autorité », l’anarchisme, l’anarchiste et l’anarchie sont utilisés pour transmettre chaque autorisation et désapprobation. Au début de l’usage, chacun de ces termes était péjoratif : par exemple, pendant les guerres civiles anglaises (1642-51), les niveleurs radicaux, connus sous le nom de suffrage masculin commun, avaient été décrits par leurs concurrents comme des « anarchistes suisses », et pendant la Révolution française le meilleur choix de la faction modérée girondine du Parlement, Jacques-Pierre Brissot, accusait ses concurrents les plus extrêmes, les Enragés, d’être les partisans de « l’anarchie » : des règlements qui ne sont pas appliqués, des autorités respectives sans avoir pression et mépris, activité criminelle impunie, propriété attaquée, sécurité de la personne violée, moralité des individus lésée, pas de constitution, pas de gouvernement, pas de justice, telles sont les caractéristiques fondamentales de l’anarchie. Ces termes pourraient fonctionner comme un dessein pour les dénonciations prononcées par tous les concurrents de l’anarchisme. Les anarchistes, de leur côté, confesseraient beaucoup de points de Brissot. Ils nient les réglementations faites par les hommes, respectent la maison comme un moyen de tyrannie et croient que le crime n’est que le produit de la propriété et de l’autorité. Cependant, ils débattraient du fait que leur déni des constitutions et des gouvernements ne mène pas à « l’absence de justice » mais à la véritable justice inhérente au développement totalement libre de la socialité humaine – le désir naturel, lorsqu’il n’est pas entravé par des règlements, de vivre selon les concepts et l’exercice de aide conjointe. La première personne à se dire volontairement anarchiste fut l’auteur gouvernemental français et leader socialiste Pierre-Joseph Proudhon. Dans son étude controversée des fondements financiers de la culture, Qu’est-ce que la propriété? (1840 ; Qu’est-ce que la propriété exactement ?), Proudhon a soutenu que les véritables réglementations de la culture n’ont absolument rien à voir avec le pouvoir mais découlent plutôt de la nature de la culture elle-même, et il a prévu la dissolution ultime de l’autorité et l’apparition du tout-naturel. achat social : Les éléments fondamentaux de la philosophie de Proudhon actuellement avaient été développés par des penseurs antérieurs. Le déni du pouvoir gouvernemental a un riche pedigree. Il se développe en revenant à l’antiquité classique – aux stoïciens ainsi qu’aux cyniques – et se poursuit avec le Moyen Âge et la Renaissance, comme l’illustrent les sectes chrétiennes dissidentes telles que les cathares médiévaux et les factions spécifiques des anabaptistes. Pour de telles organisations – qui sont souvent revendiquées à tort comme des ancêtres par les écrivains anarchistes contemporains – le rejet du gouvernement n’était qu’une partie d’une escapade de votre planète matérielle dans une arène d’élégance spirituelle et, dans le cadre de la recherche du salut individuel. , il avait été à peine compatible avec la doctrine sociopolitique de l’anarchisme. Sous toutes ses formes, cette doctrine comprend (1) une recherche sur les relations de pouvoir des formes fondamentales actuelles du pouvoir politique et (2) une vision de la culture libertaire alternative basée sur la coopération, par opposition aux concurrents et à la coercition, et fonctionnant sans avoir besoin pour l’autorité gouvernementale. Le tout premier dessin d’un Commonwealth anarchiste au sein de cette perception a été créé en Angleterre au cours des nombreuses années qui ont suivi instantanément les guerres civiles en langue anglaise (1642-51) par Gerrard Winstanley, un chrétien dissident et père fondateur du mouvement Digger. Dans son pamphlet de 1649, La réalité lève la tête Les scandales mentionnés précédemment, Winstanley abaissa ce qui devint plus tard les principes de base parmi les anarchistes : que le pouvoir corrompt ; que la propriété est incompatible avec la liberté ; que l’autorité et la propriété sont entre elles les génératrices du crime ; que c’est seulement dans une culture sans gouvernants, dans laquelle le travail et ses éléments sont partagés, que les hommes peuvent être totalement libres et heureux, agissant non pas sur la base des lois imposées précédemment mais sur la base de leur conscience. Winstanley n’était pas seulement le théoricien pionnier de l’anarchisme mais aussi le précurseur de l’activisme anarchiste. En 1649, en téléphonant au peuple « pour faire du fumier et travailler sur les terres les plus populaires », il s’engagea avec une bande de fans sur une colline du sud de l’Angleterre et fonda une société de communisme agraire libre.